webreader
 
Reply to this topicStart new topic
> Pierre MICHON : Les Onze

Francois23

Groupe: Membre

* 09/11/2009, 14:49
Message #1
A noter qu'en cette année 2009, le grand prix de l’Académie Française a été remis à un creusois : Pierre Michon (originaire de Chatelus le Marcheix) avec son ouvrage "Les Onze"aux Editions Verdier, Lagrasse... Un ouvrage pour lequel l'auteur a consacré 15 ans de sa vie... où comment présenter un travail d'historien de l'art sur un tableau et un peintre fictifs le tout étant tout de même étrangement imbriqué à la réalité du moment (La révolution)...



je ne l'ai pas encore lu, mais rien que le fait d'y avoir consacré une sacré partie de sa vie et ce autant sur un artiste fictif, qu'une oeuvre inexistante exposée au Louvre font plus que m'interpeller pour que je me précipite sur son achat.
Go to the top of the page
+Quote Post

Jack

Groupe: Webmaster
Lieu : Banize

* 09/11/2009, 21:38
Message #2
15 ans!!! C'est hallucinant!

Pierre Michon:
http://www.editions-verdier.fr/v3/auteur-michon.html








Go to the top of the page
+Quote Post

véronique

Groupe: Modérateur
Lieu : creuse/gard

* 09/11/2009, 23:09
Message #3
effectivement à la lecture des critiques ce roman est alléchant !
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 10/11/2009, 03:42
Message #4
Bonsoir ! Voui... ben desoled ! (arf !) Je préfère encore lire (même si c'est pas couronné par l' Aaaa-caca-adémie Fraaaançaiiiise) une vrai bio d'un peintre qui a vraiment existé ! (comme Gustave Courbet ou Camille Pissaro par exemple, etc...)

Le mec, il a passé 15 ans à se prendre la chetron sur un bidule fictif ??? Ah pou là là...
Aussi, à la vue du titre du topic "Les Onze", je croyais qu'on allait parler de foot ou de rugby ! (arf !)



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

véronique

Groupe: Modérateur
Lieu : creuse/gard

* 10/11/2009, 10:52
Message #5
11 pour le foot, ok !

mais pour le rugby....... c'est à 13 ou 15 !
Go to the top of the page
+Quote Post

Francois23

Groupe: Membre

* 10/11/2009, 11:14
Message #6
Je ne sais pas… je crois que l'exercice littéraire qu'a réalisé Pierre Michon impose bien plus le respect que le travail de n'importe quel tâcheron qui réalisera une bio en cherchant de l'information sur son sujet à droite et à gauche.

Rends toi compte Alayn de tout ce que cela demande à l'auteur de pouvoir construire de toute pièce l'existence d'une personne fictive est de l'insérer dans l'Histoire et de faire partager à son lectorat au détail près une ½uvre inexistante, arriver à transmettre dans l'imaginaire du lecteur une ½uvre telle que l'auteur la conçoit, la perçoit… Arriver à faire partager dans l'imaginaire une ½uvre qui n'existe pas mais que tout lecteur pourra créer dans son imagination… n'est ce pas le stade ultime du concept de l'art… faire représenter en soi une ½uvre (je ne parle pas de l'ouvrage mais du tableau) un tableau qui n'aura pas été vu mais lu… où tes sens sont altérés, car tu ne te représentes plus un tableau par une représentation photographique grâce à l'½il mais par les mots que celui-ci lit…

Je te dirais Alayn voit au delà du simple sujet… mais c'est ce que te propose Pierre Michon… il te propose là une autre manière d'aborder l'art pictural…
Go to the top of the page
+Quote Post

véronique

Groupe: Modérateur
Lieu : creuse/gard

* 10/11/2009, 11:34
Message #7
CITATION(Francois23 @ 10/11/2009, 11:14) *
) un tableau qui n'aura pas été vu mais lu…


c'est ce qui a attisé ma curiosité ............ mon "inquiétude" serait plutôt du coté du style....... est-il facile à lire ?
Go to the top of the page
+Quote Post

Francois23

Groupe: Membre

* 10/11/2009, 14:28
Message #8
Véronique, à toi de voir, extrait :

Et que dois-je peindre ? dit-il. Cette fois il regarda Proli franchement, comme si Proli était un laquais. Proli le regardait de même. Celui-ci lâcha d’une voix flûtée et aiguisée, qui ressembla un instant à celle de Robespierre :
— Tu sais peindre les dieux et les héros, citoyen peintre ? C’est une assemblée de héros que nous te demandons. Peins-les comme des dieux ou des monstres, ou même comme des hommes, si le c½ur t’en dit. Peins Le Grand Comité de l’an II. Le Comité de salut public. Fais-en ce que tu veux : des saints, des tyrans, des larrons, des princes. Mais mets-les tous ensemble, en bonne séance fraternelle, comme des frères.
Il y eut un silence. Le feu était mort, la lumière seule de la grande lanterne carrée tombait d’aplomb sur l’or répandu à la place exactement où reposaient tout à l’heure les vieux os. Les visages étaient dans l’ombre. Soudain de l’autre côté du mur dans l’église Saint-Nicolas un cheval invisible s’ébroua violemment et s’enleva des quatre fers, on entendit les sabots retomber comme des marteaux sur le pavé vide du vaisseau vide ; il poussait à pleins naseaux un cri de trompette. On aurait dit qu’il riait. Ils rirent aussi tous les quatre. Corentin riant toujours se leva et remit posément les pièces d’or dans le sac, en boucla le lacet, le prit. Il dit que c’était oui.
Go to the top of the page
+Quote Post

véronique

Groupe: Modérateur
Lieu : creuse/gard

* 10/11/2009, 20:38
Message #9
c'est l'extrait que j'ai lu sur le lien que tu nous as donné plus haut........ cela m'a paru aisé. mais j'ai lu également qq part que son style n'était pas tjrs facile.......c'était peut-être à propos d'un autre de ses livres ?
Go to the top of the page
+Quote Post


Reply to this topicStart new topic
0 membre(s):

 

Voir le classement des sites les plus populaires
RSS Version bas débit Nous sommes le : 20/10/2018 - 22:44