webreader
7 Pages V  « < 5 6 7  
Reply to this topicStart new topic
> Eugène DIEUDONNE, [L'un de la bande à Bonnot]

TAIWAN

Groupe: Membre
Lieu : Nantes

* 03/01/2014, 06:13
Message #121
En 2006, Laurent Maffre publie chez Actes sud une bande-dessinée "L’homme qui s’évada" inspirée de l’œuvre d’Albert Londres et de la vie d’Eugène Dieudonné.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée Image attachée
 
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 03/01/2014, 18:23
Message #122
Bonsoir !

Oui, j'en avais déjà parler un peu précédemment mais c'est bien de le rappeler. Merci à vous !



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 03/01/2014, 18:41
Message #123
Le 28 octobre, enfin, le paquebot arrive à Marseille.

Au débarcadère, Eugène a un mouvement de recul, une escouade de policiers se dirige d'un pas ferme vers lui.

Un officier lui demande:
-Vous êtes bien Dieudonné Eugène ?
-Oui
, répond-il avec appréhension.
-Passeport s'il vous plaît ? Eugène tend ses papiers, résigné.

Après l'étude attentive du document, le policier le lui restitue accompagné d'un salut militaire et d'un papier du ministère de la justice, puis, tourne les talons et s'éloigne.

C'est sa grâce, totale, pleine et entière.

Déjà Eugène se précipite vers une femme aux yeux rougis et un jeune homme qui sanglote ; Louise et son fils qu'il connaît à peine.
Après de bien naturelles effusions, le regard d'Eugène est attiré par de grandes affiches représentant le portrait de Napoléon, avec en travers, son nom, Dieudonné, écrit en grosses lettres. Interloqué, il s'arrête, tendant la main vers les placards.

Mais non ! répond Louise, entre rire et larmes, à sa question muette, il s'agit d'Albert Dieudonné, un acteur qui joue dans un film d'Abel Gance.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 07/01/2014, 18:46
Message #124
EPILOGUE

Les premiers temps de son retour en France, Eugène DIEUDONNE est considéré comme une célébrité. Il est invité et sollicité partout mais vite lassé des mondanités, il n'aspire qu'à se fondre dans l'anonymat. Aidé par un fond de soutien constitué par ses amis, il ouvre bientôt un atelier d'ébénisterie dans le faubourg Saint-Antoine, à Paris, et donne de temps à autre des conférences-témoignages, à l'occasion de meetings organisés par les libertaires ou des opposants au bagne. Il écrit dans la presse quelques articles qu'il regroupe dans un livre intitulé La Vie des Forçats (Gallimard, 1930). Resté en contact avec Albert LONDRES, il lui demande même de le préfacer.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 09/01/2014, 19:02
Message #125
Début 1928, deux auteurs, Harry Mass et Maurice Prax, adaptent pour le théâtre, les textes d'Albert LONDRES, et demandent à Eugène DIEUDONNE de figurer dans son propre rôle au dernier tableau. Lucienne Boyer, outre le premier rôle féminin de la pièce, y interprète La belle complainte des bagnards, qui se taille un franc succès dans le domaine de la chanson populaire réaliste.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 09/01/2014, 19:43
Message #126
Voici la critique, de la pièce, parue dans Le Figaro le 1er juillet 1930:
Il y a une poésie du crime et du bagne à laquelle les honnêtes gens sont accessibles, peut-être même sont-ils les seuls à l'apprécier. Elle les libère de tous les instincts qu'ils ont réfrénés. Elle leur permet de goûter la volupté d'être un criminel sans avoir commis aucun crime. C'est ce goût de vouloir être hors la loi en même temps qu'un bon contribuable, qu'ont flatté les auteurs de "Au bagne". Mais leur dessein est par trop visible. Ils nous montrent des bagnards vêtus de toile blanche et de probité candide, des êtres sensibles et violents, qui ne connaissent d'autres lois que celle du coeur. Soit. Mais alors, pourquoi sont-ils au bagne ? Etant donné que les crimes passionnels sont généralement acquittés, n'est-il pas à craindre qu'ils aient coupé en rondelles quelques rentières de banlieue ? Ces cinq tableaux nous sont donnés comme une reconstitution exacte de la vie du bagne. Ce serait faire injure aux auteurs que de douter de l'authenticité de leurs personnages. Ils ont d'ailleurs fait appel à un témoignage qu'il est difficile de récuser, celui de Monsieur Eugène Dieudonné, qui a passé quatorze années à Cayenne et qui sans doute avait la nostalgie du bagne, puisqu'il a accepté de figurer parmi les forçats de l'Ambigu, qui sont d'ailleurs d'honnêtes acteurs pleins de zèle. Monsieur Jean Varenne est avec beaucoup de conviction le Brumel de Cayenne, madame Lucienne Boyer, une goualeuse dans la meilleure tradition des concerts de quartiers. James de COQUET.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 16/01/2014, 22:31
Message #127
Le style, école de Nancy (modern style) dans lequel excellait Eugène DIEUDONNE, étant totalement démodé à la veille des années 30, il se met à créer des meubles très personnels qui plaisent à une clientèle non-conformiste, dont le cinéaste Jean VIGO. Les deux hommes, qui partagent les mêmes idées, s'apprécient et un projet de film sur le cheval de bataille d'Eugène, c'est-à-dire les conditions de détention affreuse au bagne, est lancé.

Un scénario très avancé, doit se concrétiser par un tournage qui doit suivre celui de l'Atalante, mais le travail est brusquement interrompu par la mort prématurée de Jean VIGO.

Photo: Jean VIGO:
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 19/01/2014, 14:26
Message #128
Eugène DIEUDONNE ne fera plus parler de lui qu'à de rares occasions, fournies par la parution d'articles de journaux qu'il signe dans des feuilles de faits divers. Il ne refusera jamais un témoignage concernant son ancienne condition de bagnard dans un de ces journaux et répondra toujours favorablement à toute sollicitation, considérant que pour doter le grand public de moyens de pression sur les institutions il n'est qu'un moyen: l'information quel qu'en soit le vecteur.

Photo: Eugène DIEUDONNE:
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 19/01/2014, 14:59
Message #129
Il consacre une large part de son temps et de ses économies, à écrire à ses anciens compagnons d'infortune, à soulager l'indigence où il les sait croupir et tente de créer un comité d'entraide aux anciens bagnards (préfiguration des centres de réinsertion de prisonniers).

Accablé par la guerre civile espagnole, il soutient de son mieux les républicains.

Il a encore le temps d'assister à la montée, un peu partout en Europe, des nationalismes et du fascisme et à l'invasion de la France par les troupes nazies.

L'homme est usé, le ressort semble cassé. Il a à peine 60 ans lorsqu'il s'éteint dans le Paris occupé de 1944, sans avoir eu le bonheur d'assister si peu que ce soit à l'accomplissement de ses idées.

Philippe BLANDIN
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 19/01/2014, 15:10
Message #130
BIBLIOGRAPHIE

Bernède Arthur . Bonnot, Garnier et Cie, Tallandier (sans date).

Bertin Claude . Les grands Procès. La Bande à Bonnot, éditions Créville, 1995.

Caruchet William . Ils ont tué Bonnot, Calman-Levy, 1990.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 19/01/2014, 15:36
Message #131
Devèze Michel . Cayenne, Archives Julliard, 1965.

Dieudonné Eugène . La Vie des Forçats, Gallimard, 1930.

Foucart François . Anatole Deibler: Profession bourreau, Plon, 1992.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 10/03/2014, 12:54
Message #132
Fournier Jean-Pierre * Les grandes Affaires judiciaires d'autrefois, éditions Horvath, 1995.

Fournier Jean-Pierre * Vision du bagne, éditions du Pélican.

Le Roi Alexandre * La Bande à Bonnot, Solar, 1968.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 10/03/2014, 13:48
Message #133
Lefevre Jean * Le Bagne à la Casse, France Empire, 1981.

Londres Albert * Au Bagne, Albin Michel, 1924.

Londres Albert * L'Homme qui s'évada, éditions de France, 1928.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 15/03/2014, 18:06
Message #134
Maitron Jean * Ravachol et les Anarchistes, Archives Julliard, 1964.

Manevy Raymond et Sdiole Philippe * Sous les Plis du Drapeau noir, éditions Dourat, 1949.

Mousset Paul * Albert Londres: L'Aventure du grand Reportage, Grasset, 1972.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 15/03/2014, 18:31
Message #135
Montasson Marcel * La Bande à Bonnot, Historia, 1968.

Normand Jean * La Bande tragique, éd. La Dernière Chance, 1953.

Thomas Bernard * La Bande à Bonnot, Tchou, 1968.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 15/03/2014, 19:00
Message #136
PRESSE DU TEMPS

Le Petit Journal . Le Petit Parisien . Excelcior . L'Intransigeant . L'Illustration . Le Monde Illustré.
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 

Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post


7 Pages V  « < 5 6 7
Reply to this topicStart new topic
0 membre(s):

 

Voir le classement des sites les plus populaires
RSS Version bas débit Nous sommes le : 21/09/2017 - 15:17