webreader
 
Reply to this topicStart new topic
> Le taux de CO2 augmente plus vite que prévu

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 03/12/2007, 10:43
Message #1
La croisance économique mondiale a provoqué un accroissement de la teneur en dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère beaucoup plus rapidement que prévu, selon une étude de l'Académie nationale des sciences des Etats-Unis.

Cette étude souligne que la concentration des émissions de gaz carboniques dans l'atmosphère a augmenté de 35% en 2006, entre le début des années 1990 et les années 2000-2006, passant de 7 à 10 milliards de tonnes par an, alors que le protocole de Kyoto prévoyait qu'en 2012, ces émissions responsables du réchauffement climatique devaient avoir baissé de 5% par rapport à 1990.

Selon les chercheurs, les carburants polluants sont responsables de 17% de cette augmentation, tandis que les 18% restant sont dus à un déclin de la capacité des "puits" naturels comme les forêts ou les océans à absorber le gaz carbonique. "IL y a cinquante ans, pour chaque tonne de CO2, émise, 600 kg étaient absorbés par les puits naturels. En 2006, seulement 550 kg par tonne ont été absorbés, et cette quantité continue à baisser", explique l'auteur principal de l'étude, Pep Canadell, du Global Carbon Project. "La baisse de l'efficacité des puits mondiaux laisse penser que la stabilisation de cette concentration sera encore plus difficile à obtenir que ce que l'on pensait jusqu'à présent", indique pour sa part le British Antarctic Survey.

Ces résultas obligent à une révision à la hausse des prévisions du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) qui, dans son rapport de février 2006, tablait sur une augmentation de la température moyenne de la terre de 1,8°C à 4°C à l'horizon 2100.



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 05/01/2008, 16:56
Message #2
La Californie a déposé officiellement plainte mercredi 2 janvier 2008 contre le gouvernement des Etats-Unis pour avoir empêché l'application de sa loi de réduction des émissions de gaz à effet de serre des automobilistes.

"Il est inconcevable que le gouvernement fédéral empêche la Californie et 19 autres états d'adopter ces mesures" a indiqué le gouverneur Arnold Schwarzenegger. La Californie à voté en 2002 une loi imposant aux constructeurs automobiles de réduire de 30% entre 2009 et 2016 les émissions polluantes des véhicules.

L'administration Bush se refuse toujours, comme cela a été le cas lors du sommet de Bali, à fixer des objectifs chiffrés pour les réductions de gaz à effet de serre.

Est-ce le début d'une prise de conscience généralisée des Américains ? Tout le monde s'accorde à penser que la position américaine changera après les élections présidentielles et le départ de M. Bush.



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 21/01/2008, 08:38
Message #3
Les 27 pays de la Communauté européenne protestent contre le calcul et le mode de partage des efforts proposés par Bruxelles pour réduire les gaz à effet de serre, conséquence pourtant logique de leur ambition d'être les champions de la lutte contre le changement climatique.

Le spectre des délocalisations agité par les industriels, furieux de devoir désormais payer pour polluer, a mis sous pression les dirigeants de l'Union.

"Le moment est venu d'être sérieux, cohérents et responsables face à nos engagements" a déclaré le président de la Commission européenne Monsieur José Manuel Barroso.

Les propositons de la Commission résultent de l'engagement pris en mars 2007 par les dirigeants del'Union européenne à réduire en 2020 les émisions de gaz à effet de serre de 20% par rapport à 1990. Elles se déclinent en plusieurs volets et objectifs par pays : réduction des émisions de l'industrie, du transport, de l'habitat et de l'agriculture; augmentation de la part des énergies renouvelables et développement des biocarburants.

Parmi les points controversés, la proposition de répartir l'effort sur la base d'objectifs nationaux fixés en fonction du PIB par habitant, ce qui revint à demander le plus d'efforts aux pays riches. L'Espagne ou l'Irlande, devenus plus riches depuis 10 ans, ne se sont pas préparés à l'effort qui leur est demandé.

Les énergies propres (éolienne, solaire, biomasse, géothermie) devront représenter 20% de la consommation énergétique des Européens en 2020, contre 8,5% actuellement. De nombreux pays comme la France et la Belgique, qui devrait porter la part des énergies renouvelables de 2% à 13%, refusent tout objectif qui ne tienne pas compte de leur "potentiel".

La négociation s'annonce difficile "Nous allons devoir travailler dur pour parvenir à faire adopter ce paquet fin 2008" a reconnu Monsieur Barroso.

"Nous voulons lutter contre le changement climatique, mais sans renoncer aux grosses cylindrées et sans augmentation du prix des combustibles. Nous voulons augmenter la part des énergies renouvelables, mais sans hausse du prix de l'électricité et sans impact sur le paysage. Tous ces désirs sont incompatibles" , ironise M. Cayetano Lopez, vice-président du Centre de recherche espagnol sur l'Energie, l'Environnement et la Technologie.


Image attachée



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 14/03/2008, 16:11
Message #4
Les dirigeants européens vont affirmer, aujourd'hui, leur détermination à trouver un accord d'ici la fin de l'année sur un plan d'action pour tenir les objectifs ambitieux de réduction des gaz à effet de serre et montrer l'exemple au niveau international.

Mais ce volontarisme n'occulte pas leurs nombreuses préoccupations, retranscrites dans le texte qu'ils devraient adopter à l'issue de deux jours de sommet à Bruxelles. L'UE veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20% par rapport à leurs niveaux de 1990 d'ici à 2020 et porter à 20% la part des énergies renouvelables dans la consommation.

Une révision de l'objectif de 10% de part des biocarburants dans la consommation des véhicules européens n'est toutefois pas exclue. Leur production est cause de déforestation, de pénuries alimentaires, de renchérissement des prix et de mouvements de populations.

Certains dirigeants s'inquiétent aussi du risque de délocalisation de certaines activités industrielles très polluantes exposées à la concurrence de rivaux installés dans des pays ne participant pas à l'effort mondial de réduction des gaz à effet de serre.

"Il est possible qu nous ne parvenions pas à un accord global en 2009", a toutefois admis M. Barroso, président de la Commission européenne. "Nous ne voulons pas que nos industries aillent ailleurs et dans ce cas, très rapidement, nous aurons dans notre législation des mesures pour les protéger", a-t-il assuré.

Il a toutefois refusé de préciser ces protections à ce stade. Plusieurs secteurs de l'industrie lourde, notamment sidérurgistes et cimentiers, font pression sur les gouvernements pour pouvoir continuer à polluer sans trop de frais.



Image attachée



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 08/04/2008, 11:08
Message #5
Il est presque déjà trop tard


Le principal spécialiste du climat à la Nasa tire la sonnette d'alarme. Selon James Hansen, qui dirige l'Institut Goddard d'études spatiales de l'agence gouvernementale américaine, le réchauffement climatique plonge déjà la planète dans la crise et le secteur énergétique tente d'en cacher l'ampleur au public. Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère ont atteint un niveau dangereux, soit 385 parts par million (ppm). Or, selon le scientifique, l'énergie fossile, qui pourvoit à 90% de notre énergie, est en grande partie responsable des émissions de CO2.

"C'est un business tellement énorme qu'il a infiltré le gouvernement américain", explique le spécialiste dans un article publié dans le magasine "Science". Ainsi, l'industrie, relayée par les responsables de l'administration américaine, induirait en erreur le public sur les causes du changement climatique.

Le scientifique en appelle donc à l'Union européenne, qu'il enjoint de revoir son objectif en matière de réduction d'émissions de CO2, fixé à 550 ppm. Il doit être ramené à 350 ppm si "l'humanité entend préserver une planète similare à celle sur laquelle s'est développée la civilisation". Hansen ajoute qu'il faut mettre hors service d'ici à 2030 toutes les centrales à charbon et taxer leurs émissions d'ici là. Selon lui, il faut également interdire la construction de nouvelles centrales si celles-ci ne prévoient pas de système pour emprisonner leurs émissions de CO2.



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post


Reply to this topicStart new topic
0 membre(s):

 

Voir le classement des sites les plus populaires
RSS Version bas débit Nous sommes le : 23/09/2018 - 16:00