webreader
5 Pages V  < 1 2 3 4 > »   
Reply to this topicStart new topic
> Mines d'uranium en Creuse et dans le Limousin, Dans l'radon, tout est bon !

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 14:02
Message #21
A la veille de la mise en place par le Préfet de Région du Limousin, d'une CLIS (Commission Locale d'Information et de Suivi) en Creuse, à Guéret, qui doit se pencher sur la réhabilitation des sites miniers creusois (au nombre de 20), exploités par des opérateurs privés tels que TCM, MOKTA... dont COGEMA avait repris les concessions, sites restés en l'état depuis 20 ans, il convient de remettre l'ouvrage sur le métier, et de témoigner de deux ou trois choses concernant le radon du Limousin.
Revenons donc sur quelques aspects de la mobilisation antinucléaire datant des années 70, pour rappeler qu'elle a existé, je dirais en temps voulu, et que nous ne l'oublierons pas, car la vérité était bien de son côté.
Honte à ceux qui ont voulu la ridiculiser pour sauvegarder l'exploitation minière tant qu'elle fut "rentable", et au prix de la santé de la population.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 14:25
Message #22
LE CONTEXTE

En juin 1975, le n° 693 de Science & Vie, annonce en couverture "UN 1er BILAN: EFFETS DES RADIATIONS SUR LE VIVANT". Sur fond de centrale atomique un bras armé d'une épée dont la lame scindée en trois flèches alpha, bêta et gamma, prend pour cible un corps humain, dont les organes exposés par irradiation ou contamination sont visibles. L'article de 12 pages est rédigé par Georges Pétavy, biologiste du "Groupe d'Orsay".
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 14:41
Message #23
Rétrospectivement ces douze pages destinées au grand public sont une mise en garde qui n'a pas été prise en considération. Pourtant les voies de contamination et d'irradiation du vivant et les effets sur le corps humain étaient suffisamment connus et graves, pour renoncer au lancement du programme électronucléaire, sans état d'âme !
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 15:17
Message #24
Cet article cite J. W. Gofman et A. R. Tamplin et la polémique déclenchée en 1969 par leurs estimations des effets d'une irradiation industrielle correspondant à un supplément de dose de 170 millirem/an [1,7 millisievert] soit annuellement pour la population des Etats-Unis:
-32 000 morts supplémentaires par leucémies et cancers divers (évaluation optimiste émise en 1969 et en 1970) ;
-104 000 morts supplémentaires pour les mêmes causes (évaluation pessimiste publiée en 1971)
[Dans le livre Les Barons de l'Atome (Peter Pringle et James Spigelman, traduction française éd. Seuil 1982), à propos de cette estimation est rappelée une discussion entre Gofman et son supérieur hiérarchique:
<"Jack, me dit-il, je vous reconnais absolument le droit, et même le devoir, de calculer qu'une certaine quantité de radiations causera 32 000 cancers terminaux supplémentaires chaque année." Puis il ajouta, à ma plus grande déception: "Qu'est-ce qui vous fait penser que ces 32 000 morts n'en valent pas la peine ?" J'en suis réduit à supposer qu'il pensait aux bénéfices espérés par la communauté nucléaire (...). Parfait exemple de technologie déshumanisée.
<"Mike, répondis-je, la raison est toute simple. Si je me surprend à penser que quelque chose peut valoir 32 000 cancers par an, je prendrai mon diplôme médical sous le bras et j'irai le porter au doyen de l'école de médecine où j'ai fait mes études en lui disant: Je ne le mérite pas">.]
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 15:40
Message #25
Georges Pétavy annonçait dès 1975 un "pari sur la santé publique. Les premières victimes seront, bien sûr le personnel des installations nucléaires et leur descendance, ainsi que, dans l'ensemble de la population, les enfants, particulièrement sensibles aux contaminations internes (...)". Il parle de l'induction de leucémies et cancers: réactions naturelles de défense amoindries contre les cellules malignes (ce qui est le fait des rayonnements ionisants), et de l'induction de mutations génétiques, citant Müller en 1928, qui découvrit l'effet génétique du rayonnement X (et donc des gamma) en irradiant des mouches du vinaigre. Un encadré "Mines d'uranium: le Radon y provoque des cancers du poumon" et de rappeler des statistiques effectuées sur les mineurs de Bohême, de 1895 à 1912 et de 1929 à 1938, montrant que l'incidence des cancers du poumon était de 30 à 50 fois supérieure à celle observée dans la population de Vienne. (...) les conditions d'aération qui permettent une évacuation plus rapide des émanations de radon, ont permis de diminuer le taux d'incidence des cancers pulmonaires chez ces travailleurs, qui demeure toutefois 5 fois supérieure à la normale dans les mines d'uranium américaines".

L'une des photos: aération dans une mine d'uranium.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 16:21
Message #26
FLASH-BACK SUR QUELQUES ASPECTS DE LA LUTTE ANTINUCLEAIRE EN LIMOUSIN

En 1975 l'extraction de l'uranium bat son plein en Limousin. L'industrie minière dope l'économie de la Haute-Vienne, pourtant il y a quelques ombres au tableau. L'extraction du minerai pollue les ruisseaux... la poussière se répand partout, des mineurs sont malades... La contestation enfin se manifeste ! Nous l'évoquerons très succinctement, avec à l'appui pour l'illustrer le cas d'une école maternelle à Bessines/s/Gartempe, siège de la Division Minière de la Crouzille.
L'exemple de la maternelle de Bessines en aura été l'illustration première, d'autres suivront, Limoges, Compreignac, Pontarion...
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
Image attachée
 

Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 16:52
Message #27
Acte I: la mobilisation des associations (1979-1992)

Il y a 30 ans, l'APMA (Association de Protection des Monts d'Ambazac), distribuait un tract consécutif au déversement de déchets radioactifs en provenance de l'Usine du Bouchet -en région parisienne- dans la mine à ciel ouvert du Brugeaud (Bessines), fosse en cours de remplissage avec les déchets de la SIMO (Usine de concentration du minerai d'Uranium -le yellow cake). Ce tract rendait compte de l'expertise faite en octobre-novembre 1978, suite à une plainte déposée par l'APMA contre la COGEMA, à savoir que: "La production de RADON qui résulte des teneurs en Radium, est très inquiétante: 6,5 Curies par jour. La quantité globale d'Uranium stockée dans ces déchets est d'environ 3,2 tonnes." [6,5 Ci/jour soit 240 milliards de becquerels par jour].

Photos: l'Usine du Bouchet en région parisienne qui traitait le minerai d'Uranium et la mine à ciel ouvert du Brugeaud à Bessines dans les années 60 et aujourd'hui:
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée

Image attachée
Image attachée
 

Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée Image attachée Image attachée Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 17:31
Message #28
-L'APMA annonçait son intention de poursuivre son action en justice. Plainte rejetée, par ordonnance de non-lieu du 15/6/83 et ses conclusions -portées à la connaissance de l'APMA en 1991, fortuitement, lors de l'inventaire des déchets stockés sur la Division Minière de la Crouzille- ses conclusions insistaient sur le fait que les 50 curies de Radium, et les résidus issus du traitement de minerais riches (0,6%, à 20% U) en provenance du Bouchet, ne représentaient que peu de choses par rapport à ce qu'il "y a déjà". Naturellement ces transports de résidus avaient commencé fin 73, et se sont terminés en 78.
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 

Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 17:56
Message #29
La mobilisation des associations allait battre son plein en 1979 (car trop de radium dans l'eau de Limoges). Une enquête de "50 Millions de Consommateurs" sur les mines d'uranium et leurs eaux d'exhaure contaminant les réserves d'eau potable de la ville, était relayée par Libération. L'émotion gagne la population !! Il y a de quoi: la teneur en Radium 226 dans l'eau potable de la ville de Limoges est égale à trois fois la recommandation de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) soit 10 picocuries par litre, teneur "ramenée" à 0,37 Bq/litre, chiffre moins traumatisant bien qu'il traduise exactement la teneur en picocuries mesurée, la magie du changement d'unité de mesure !!
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 18:20
Message #30
-Un livret de 10 pages sur les Mines d'uranium en Limousin, édité par le CLAN, (Collectif Limousin pour une Alternative au Nucléaire) fut distribué en Limousin.
Rédigé avec l'aide de Michel Genestout (embauché par la Direction Régionale à l'Architecture et à l'Environnement du Limousin et chargé des eaux de Limoges, il sera révoqué deux jours après son entrée en fonction sur la demande du Chef de la Division Minière, Monsieur Avril, auprès de Monsieur Petin Directeur DRAE). "Le trop grand succès de Michel Genestout auprès des associations" fut l'argument utilisé pour justifier cette répression.
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/06/2011, 18:59
Message #31
Les Associations n'en restèrent pas là puisque ces militants organisèrent dans la foulée le PREMIER RASSEMBLEMENT EUROPEEN SUR L'URANIUM à Bessines du 4 au 6 juillet 1980, animé par Michel Genestout. Les participants sont venus des Pays-Bas, de Finlande, du Groenland, du Danemark, de Grande-Bretagne, d'Italie, de Suède, d'Espagne, d'Allemagne de l'Ouest, et de France: Savoie, Haute-Loire, Aveyron, Deux-Sèvres, Puy de Dôme, Loire-Atlantique, Ile de France, Haute-Vienne.
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 22/06/2011, 15:49
Message #32
ACTE II: 1991, l'école maternelle Gérard Philippe à Bessines, un cas d'école !


Cette fois l'association qui monte au créneau est la CRIIRAD Marche-Limousin, présidée par Martine Deguillaume, en compagnie de l'Association de Protection du Pays de St-Pardoux d'Anna Elsink, et Thierry Lamireau, les Amis du Limousin Vert de Christian Pénicaud, l'Association de Défense du Pays Arédien de Bernadette Prieur, et le secours sur le terrain d'une habitante de Bessines, Jeannette Gorbi dont le courageux soutien ne faiblira pas. Le cas de la maternelle de Bessines conduira le Préfet, J. P. Proust à mettre en place une CLI (Commission Locale d'Information) le 7 janvier 1992.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 22/06/2011, 16:21
Message #33
La pollution de la maternelle étant due au radon le tract édité par le CLAN en 1979, qui mériterait une nouvelle édition, sera cité brièvement pour l'affaire qui nous occupe. On retiendra:

"(...) le radon est un gaz dangereux. Accumulé en "quantité suffisante" dans les poumons il provoque chez l'homme le cancer du poumon. Nous n'avons connaissance d'aucun dosage de teneur en radon dans l'atmosphère du Limousin (...)"

Voilà c'est dit, le radon est dangereux ! Merci à eux, car s'il avait fallu attendre que l'info soit faite par les responsables -ceux que l'on dit crédibles, qui sont dans les bureaux de la DRIRE, de la DDASS... Ou dans les Conseils des municipalités, des départements et régions,- nous serions peut-être bien morts idiots !
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 22/06/2011, 16:41
Message #34
Or, comme indiqué précédemment c'est le 7 octobre 2009, que la manchette du Populaire du Centre annonce la couleur "le radon nuit gravement à votre santé". Il était temps, car il faut bien dire que cette vérité là fut menée à mal pendant les 30 ans qui se sont écoulés depuis la plainte de l'APMA. L'OMS donc, recommande de diviser par 10 le seuil admissible de radon dans les habitations: le Limousin est particulièrement concerné (selon Le Populaire). Sur ce sujet qui a fâché tant de responsables, élus, Préfets, Administrations: DDASS - DRIRE, et contrarié tant d'industriels, à commencer par COGEMA, jusqu'aux offices de tourisme, la lumière se fait enfin ! Oui le radon est dangereux, les antinucléaires avaient raison.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 22/06/2011, 16:53
Message #35
D'abord prenons la température des opinions qui se sont exprimées lors de la double expertise ALGADE/CRIIRAD sur la Division Minière de la Crouzille, conclusions remises en 1994.

[A propos d'ALGADE, témoignage de Roger Belbéoch invité par le conseil municipal de Bessines afin d'analyser les 4 projets COGEMA sur Bessines (site de stockage d'uranium appauvri, laboratoires pour le conditionnement de nitrates de thorium, le traitement de produits uranifères contenant du mercure, l'enrichissement d'uranium):
"Parmi les présents, le responsable d'ALGADE, filiale de COGEMA chargé des mesures de radioactivité. Au cours de mon exposé je parle des dangers du radon et le responsable ALGADE réagit violemment et déclare "Le radon est un gaz neutre et est donc sans danger".]
Image(s) jointe(s)
Image attachée Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 22/06/2011, 17:29
Message #36
a) Le dit des autorités:

Le radon a été l'occasion de vilipender les opposants à l'exploitation minière, suspectés d'alarmer la population sans raison, alors que les informations officielles délivraient un tranquillisant dont le credo n'a guère varié d'un Préfet à l'autre, d'un Chef de la Division Minière au suivant: Cette radioactivité est naturelle donc sans danger pour la population ! Et puis nous respectons les limites imposées par la réglementation française.


b ) Le dit de l'expert:

En novembre 1994, la société ALGADE concluant son expertise, menée en parallèle avec celle de la CRII-RAD, déclare:
"les niveaux de radioactivité qui ont été mesurés ponctuellement sur les vecteurs air et eau dans l'environnement des sites COGEMA en Limousin, ne remettent pas en cause l'appréciation de la situation telle qu'elle est traduite par les réseaux de contrôle réglementaires depuis plus de 10 ans, et qui permettent de la qualifier de normale et conforme à la réglementation française en vigueur, c'est-à-dire sans impact sanitaire.


a+b ) La synthèse autorité + expert:

Si la Société ALGADE est si sûre d'elle, la DRIRE, chargée de rédiger la synthèse de la double expertise CRIIRAD/ALGADE, se fera donc un devoir de retenir les seules conclusions de la filiale COGEMA, retenant l'affirmation: "la situation (...) la qualifier de normale (...) c'est-à-dire sans impact sanitaire".
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 22/06/2011, 18:01
Message #37
c) Le dit de l'exploitant:

En se reportant au courrier du 11 juin 1991 émanant de P. F. MOUREAU Chef de Division, et adressé à la CRIIRAD, concernant le site de l'Usine SIMO -soit plusieurs lieux de stockage de résidus- on constate que la formulation de COGEMA est quelque peu différente de celle d'ALGADE:
L'ensemble des installations fonctionne normalement, la surveillance de l'environnement est assurée et montre que l'impact des différents stockages sur la population est conforme aux prescriptions. [C'est moi qui souligne].


d) Le dit du Préfet:

Heureusement pour le moral de la population, le 21 juin 1991, le Préfet de Région, Henri ROUANET, dans un communiqué, précise: "dans un article d'un quotidien régional du 21 juin 1991, un certain nombre d'affirmations concernant les déchets du site SIMO ont été avancées et sont susceptibles de soulever des inquiétudes illégitimes auprès de la population."

L'activité du radium sur le site (8681 grammes) soit 320 000 milliards de becquerels, ne pose pas de problème pour le Préfet:
"il convient de souligner que cette radioactivité est naturelle et ne présente aucun danger pour la population. Le contrôle des rejets liquides et une surveillance atmosphérique de l'environnement du site sont strictement organisés, conformément à la loi, depuis de nombreuses années."

Notons qu'ALGADE signale en 1994 que les contrôles auraient plus de 10 ans -voir ci-dessus en (b ) ce qui en 1991 les ferait remonter à plus de 7 ans, "de nombreuses années" pour le Préfet ? !
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 22/06/2011, 18:35
Message #38
e) Le feuilleton de la maternelle de Bessines, en 1992.

La Directrice de l'Ecole, alertée par la CRII-RAD Marche-Limousin, questionne la Mairie responsable du bâtiment sur le taux de radon, si toutefois l'école est concernée, auquel cas les élèves et les institutrices seraient exposés. L'école est située en surplomb de la N 20, empruntée par les camions de boues de résidus de traitement du minerai, qui sont déversés dans la Mine à Ciel Ouvert (MCO) de Bellezane, tous les jours ouvrables c'est une noria de camions qui passe, tout en laissant tomber des boues sur les trottoirs et la chaussée, certaines maisons sont même arrosées par ces boues qui deviennent poussiéreuses par temps sec.
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 

Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 23/06/2011, 23:58
Message #39
Au moment où nous appelons l'attention de la Directrice, un seul dosimètre de site sur la rue qui monte à la maternelle, avant ses bâtiments, et sur le trottoir d'en face quelques mètres avant l'Ecole... C'est le Centre de Radioprotection des Mines, CRPM, qui intervient, pendant les vacances de Toussaint, et communique ses conclusions par courrier du 14 décembre 1992, à M. Desmoulins, secrétaire de Mairie:

"(...) en lui transmettant les mesures de radon effectuées après travaux, le 1er décembre. Les niveaux mesurés, après mise en place de siphons sur les canalisations des sanitaires sont compris entre 20 et 140 Bq/m3, avec en moyenne dans les zones occupées par le personnel et les enfants, 90 Bq/m3.
Toutefois, nous avons pu constater une concentration en radon de 420 Bq/m3 sur la grille d'évacuation des eaux usées des sanitaires "côté droit", ce qui montre qu'il est nécessaire de maintenir ces siphons en eau (...). Le dosimètre alpha de site, (...) installé le 12 décembre 1992 pour deux mois permettra de vérifier l'évolution des concentrations (...)".

Ce courrier est signé Y. VAUZELLE. Notons au passage que voilà une surveillance toute récente, le bon sens aurait voulu que l'on se préoccupe de ce bâtiment dès sa mise en service. Le bourg de Bessines surplombe la Gartempe sur sa rive gauche, tandis que la mine à ciel ouvert MCO du Brugeaud, et la SIMO lui font face, rive droite.

Photos: Bessines/sur/Gartempe en Haute-Vienne ; l'Usine SIMO et dosimètre Geiger gamma:
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
Image attachée
 

Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 24/06/2011, 00:40
Message #40
Mais mille péripéties vont venir troubler la vie de cette école. Et l'expertise montrera que le CRPM avait fourni des mesures très optimistes. Ainsi, à la rentrée de Pâques 1994, dans un article de La Montagne du 8 mars 1994, on apprend que ALGADE fait des mesures supplémentaires, que la teneur en radon a été divisée par 2 (moins de 500 Bq/m3 au lieu de 1000) grâce à "l'installation la semaine dernière d'un dispositif de ventilation (...). Mais quel qu'en soit le prix, l'opération sera réalisée, si elle s'avère nécessaire (pose de drains sous la chape) car "seule importe la santé des enfants" a souligné, hier, le maire de Bessines, Bernard Brouille"...

On se dira: tout de même plus de deux ans pour quelques siphons et une ventilation ? Mais heureusement la bonne nouvelle c'est que le même article signale que les Autrichiens se soignent... au radon. A doses homéopathiques peut-être ??

Photo: Bernard Brouille:
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post


5 Pages V  < 1 2 3 4 > » 
Reply to this topicStart new topic
0 membre(s):

 

Voir le classement des sites les plus populaires
RSS Version bas débit Nous sommes le : 23/07/2018 - 16:25