webreader
8 Pages V   1 2 3 > »   
Reply to this topicStart new topic
> Claude MONET, Père de l'impressionnisme (1840/1926)

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 21:09
Message #1
Claude MONET est reconnu comme étant l'un des créateurs de l'impressionnisme, le plus convaincu et le plus constant des peintres impressionnistes, en même temps que le chef de file du mouvement impressionniste.


Il est venu peindre à Fresselines en Creuse en 1889.

Photo: "Autoportrait" (1886):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 21:15
Message #2
Depuis ses débuts comme artiste, il fut encouragé à toujours écouter et transmettre ses perceptions, et toutes les critiques qu'il dut subir ne l'éloignèrent jamais de cette quête.

Photo: Claude MONET:
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 21:23
Message #3
Claude MONET naquit à Paris le 14 novembre 1840 mais toutes ses impressions d'enfant et d'adolescent sont liées à la ville du Havre où sa famille déménagea vers 1845.
Son père y tenait un commerce d'articles coloniaux.

Photo: Claude MONET photographié par Nadar en 1899:
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 21:36
Message #4
L'HERITIER D'EUGENE BOUDIN ET JONGKIND

Alors qu'il était encore au lycée, Claude MONET connut une certaine notoriété en peignant des caricatures qu'il exposa dans le magasin de fournitures de dessin avec lequel Eugène BOUDIN travaillait à l'époque.

Finalement, Eugène BOUDIN convainquit le jeune Claude MONET, d'abord réticent, de peindre avec lui en plein air.

Claude MONET dira plus tard: "Par le seul exemple de cet artiste épris de son art et d'indépendance, ma destinée de peintre s'était ouverte".

Photo: un de ses premiers tableaux à 15 ans: "Le Pont De Chemin De Fer A Bezons" (1855):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 21:50
Message #5
Sa famille n'était pas opposée à ce qu'il devint peintre, mais ses idées indépendantes, sa critique de la peinture académique et son refus de suivre une bonne Ecole d'Art provoquèrent des disputes répétées au sein de sa famille.

Finalement, Claude MONET commença à travailler à Paris à l'Académie Suisse, où il fit la connaissance de Camille PISSARRO (voir portrait ici) et de Paul CEZANNE, avant de devoir effectuer ses obligations militaires.

Photo: "La Rue De La Bavolle à Honfleur" (1864):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 22:05
Message #6
Son service militaire en Algérie (1860-1861) fut interrompu par une grave typhoïde qui le ramena en France, où il recommença à travailler l'été 1862 avec Eugène BOUDIN et le peintre-paysagiste hollandais JONGKIND, au Havre.

Il dira à propos de JONGKIND: "...complétant par là l'enseignement que j'avais reçu d'Eugène BOUDIN, il fut à partir de ce moment mon vrai maître, et c'est à lui que je dois l'éducation définitive de mon oeil".

Photo: "La Route De Chailly" (1865):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 22:19
Message #7
Libéré par sa tante du reste de son service militaire, Claude MONET reprit des études plus sérieuses à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, mais surtout il intégra l'Atelier d'un des professeurs de l'Ecole, le suisse Charles GLEYRE, où il allait se lier d'amitié avec BAZILLE, Auguste RENOIR et SISLEY.

Dans les années 1860, ces jeunes artistes fréquentaient le Café Guerbois, un endroit où Emile Zola et Edouard MANET se rendaient souvent.

Photo: "Un Coin Studio" (1861):
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 22:52
Message #8
LE SALON DE PARIS ET LA NAISSANCE DU MOUVEMENT IMPRESSIONNISTE

L'histoire de l'impressionnisme est indissociable de celle du Salon de Paris.

L'évolution sociale, économique et culturelle du XIXième siècle avait eu pour conséquence que les oeuvres d'art allaient être créées désormais pour l'essentiel par des artistes indépendants (et non plus au service de quelque prince ou corporation).

Pour ces artistes, trouver des possibilités d'exposition constituait une préoccupation existentielle. Les marchands d'art et leurs galeries allaient certes prendre une importance croissante, mais, en France, la possibilité d'exposition la plus importante et incontournable était "Le Salon de Paris".

Photo: "Le Chêne, Forêt De Fontainebleau" (1865):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 23:03
Message #9
A partir de 1863, le Salon se tient tous les ans et un jury composé de membres de l'Académie des Beaux-Arts et de précédents médaillés du Salon sélectionnent les oeuvres exposées.

Pour la seule année 1863, 4000 oeuvres furent refusées sur les 5000 demandes faites par quelque 3000 artistes, ce qui conduisit en 1863 à la création du "Salon des Refusés".

Photo: "Le Déjeuner Sur L'Herbe" (1866):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 23:18
Message #10
Pour Claude MONET et ses amis, Auguste RENOIR, BAZILLE, SISLEY... les années entre le Salon des Refusés et la Guerre de 1870 allaient être placées sous le signe d'une recherche inquiète de leur personnalité artistique et d'une alternance rapide de succès et d'échecs.

S'ils furent, à l'exception de Paul CEZANNE, sélectionnés au Salon à leur première tentative (en 1865 pour Claude MONET), ils essuyèrent ensuite des refus.

Photo: "Femme Au Jardin" (1867):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 23:31
Message #11
Durant toute cette période, ces jeunes peintres consolidèrent les liens existant entre eux et en développèrent de nouveaux, cherchant des inspirations et des thèmes picturaux nouveaux.

A l'exception de ceux disposant d'une situation personnelle aisée (DEGAS, CAILLEBOTTE, BAZILLE), ils connurent des périodes d'amère pauvreté, et en particulier Claude MONET -que BAZILLE aida financièrement- lorsqu'il dut assumer seul son ménage.

Photo: "Le Quai Du Louvre" (1867):
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 23:44
Message #12
Ils peignaient en plein air, dans les environs de Paris ou sur la Côte Normande, où l'expérience des phénomènes d'optique de la lumière et de la couleur qui les passionnaient était plus intense.

Photo: "Régates à Sainte-Adresse" (1867):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/07/2008, 23:49
Message #13
Ou bien encore...

Photo: " Plage Sainte-Adresse" (1867):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 13/07/2008, 00:01
Message #14
Un carrefour important de l'évolution de Claude MONET fut lorsqu'il peignit en 1869 avec Auguste RENOIR une série de tableaux à La Grenouillère, un lieu de loisirs et de rencontres à Bougival très prisé des Parisiens, avec baignade, canotage et un restaurant flottant.

Photo: "Bain A La Grenouillère" (1869):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 13/07/2008, 00:14
Message #15
Les toiles qu'ils peignirent en travaillant avec des touches de couleur rapides et vigoureuses, correspondant à l'animation turbulente du petit monde qui s'y pressait, marquent l'émergence d'un nouveau style artistique dominé par l'impression, inaugurant ce qui allait 5 ans plus tard être appelé "Impressionnisme".

Photo: "Le Déjeuner" (1868):
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 13/07/2008, 00:22
Message #16
Ou bien encore...

Photo: "La Pie" (1869):
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 13/07/2008, 00:36
Message #17
Et encore...

Photo: "Fleurs Et Fruits" (1869):
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 13/07/2008, 00:59
Message #18
LA JOIE DE VIVRE MALGRE LA PAUVRETE

En 1870, Claude MONET épousa son modèle Camille Doncieux, qui lui avait donné son fils Jean (1867-1914) ; en 1878 leur deuxième fils, Michel, naquit.

Camille posa pour de nombreuses toiles de Claude MONET ("Les Promeneurs" ; "Femme Au Jardin"-visible au-dessus- ; "La Japonaise" ; "La Femme A L'Ombrelle" et beaucoup d'autres).

Photo: "La Femme A L'Ombrelle" (1875):
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 13/07/2008, 01:06
Message #19
Ou encore ce tableau où Camille servit de modèle...

Photo: "La Capeline Rouge" (1869):
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 13/07/2008, 01:22
Message #20
Pendant la guerre Franco-Prussienne de 1870-71 et la courte guerre civile qui suivit (la Commune), Claude MONET vécut à Londres et fut présenté à Paul Durand-Ruel, un important marchand d'art, qui devait contribuer beaucoup à diffuser les oeuvres impressionnistes.

Photo: "Le Parlement Et La Tamise", tableau peint à Londres en 1871:
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post


8 Pages V   1 2 3 > » 
Reply to this topicStart new topic
0 membre(s):

 

Voir le classement des sites les plus populaires
RSS Version bas débit Nous sommes le : 23/09/2018 - 21:39