webreader
 
Reply to this topicStart new topic
> Un cinéaste creusois: Claude Chabrol

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 03/12/2007, 18:57
Message #1
Claude Chabrol, qui se fera une spécialité de dépeindre la sociéte provinciale et de dénoncer les travers de la petite bourgeoisie, passe une grande partie de sa jeunesse à Sardent où son père est pharmacien. Il installe une salle de projection dans un garage du village. Il participe au lancement de la "Nouvelle vague" et collabore aux "Cahiers du cinéma".

En 1958, à Sardent, il tourne son premier film "le Beau Serge" avec des acteurs qui deviendront célèbres, Gérard Blain (Serge), Jean-Claude Brialy (François), Bernadette Lafont (Marie), Michèle Méritz (Yvonne), Philippe de Broca (Jacques), et... Claude Chabrol (la truffe), sans oublier une bonne partie de la population de Sardent.

Image attachée


S'aviez-vous qu'un fait divers creusois avait servi de base à un autre film de Claude Chabrol "les Noces rouges" ?

Ce fait divers défraya la presse sous le vocable "les amants diaboliques de Bourganeuf". Le 23 février 1970, René Balaire, quincaillier rue Zizim, à Bourganeuf, tombe dans un traquenard tendu par sa femme et son amant.
Elle conduit la voiture, son mari est assis à sa droite. A la sortie de Bourganeuf, sur la route de Limoges, elle s'arrête pour faire monter un auto-stoppeur (son amat d'Aubusson). Le mari est abattu d'une balle de pistolet, la voiture jetée dans le fossé, le défunt est placé au volant et les deux complices y mettent le feu. Ce sont les circonstances troubles de l'accident et la rumeur publique qui confondront les deux amants diaboliques.



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 06/12/2007, 16:37
Message #2
Bonjour ! Je connais 1 des figurantes du "Beau Serge" qui habitait à l'époque à Sardent. (elle habite à Guéret maintenant)
Le bistrot avec ses pompes à essence existe toujours et il est resté tel qu'il était dans le film.
Les films de Chabrol, je les adore.
Il existe également un documentaire sur "Les amants diaboliques" : il est passé récemment à la téloche.
Chabrol a également tourné au Moutier d'Ahun (on reconnait bien le portail de l'abbaye). Malheureusement, je ne me rappelle plus le titre de ce film.



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 06/12/2007, 17:02
Message #3
Exact, et la 5 a diffusé, le dimanche 25 novembre dernier, dans le cadre de son émission "empreintes" un reportage sur Claude Chabrol qui nous a emmené sur les traces de son enfance à Sardent ainsi que sur les lieux de tournage du "Beau Serge", il nous a montré le fameux garage qui servit de salle de projection !

J'en profite pour signaler le livre que Wilfrid Alexandre lui consacra en 2003.

"Claude Chabrol La traversée des apparences"
De Wilfrid Alexandre aux Editions le félin-kiron, 2003

Ouvrage de 260 pages, prix : 22 ¤

Une formidable biographie illustrée de nombreuses photos d'époque dans laquelle Claude Chabrol "le père tranquille" du cinéma français se confie et nous fait découvrir les multiples facettes de sa personnalité.



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

Jack

Groupe: Webmaster
Lieu : Banize

* 04/11/2009, 22:45
Message #4
Jean Bernard Thomasson - Claude Chabrol, l'enfant libre.


Source

France – 2007.
On connaît le Claude Chabrol bon vivant, provocateur, incapable de résister au plaisir d’un bon mot, d’une pitrerie... Chabrol, l’enfant libre démasque l’homme privé derrière l’homme public.
En redécouvrant Sardent, le village creusois, creuset de sa famille, où il résida entre 1939 et 1945 loin de ses parents demeurés à Paris, Claude Chabrol se remémore : sa vie d’alors, ses passions pour la littérature, le théâtre et déjà le cinéma.
Se révèle alors un esprit indépendant, profondément marqué par cette période de troubles, coïncidant avec celle de la sortie de l’enfance, un temps dont son cinéma rend compte notamment dans son côté sombre et sa traque inlassable de l’obscurantisme, l’hypocrisie, la bêtise. On comprend alors mieux le paradoxe entre cet homme jovial et débonnaire et une oeuvre cynique et tranchante. « Quant à mon éducation, elle s’est faite à Sardent, dans la Creuse, où je me trouvais en 39 lorsque la guerre fut déclarée. Mes parents ont pensé que j’y serais plus en sécurité qu’à Paris. (…) C’étaient ma grand-mère et sa soeur, ma tante Louise, qui étaient chargées de s’occuper de moi. (…) Si mes parents m’avaient laissé à Sardent, c’est principalement parce que mon père était rentré dans un réseau de Résistance. »

(Claude Chabrol, Laissez-moi rire !)




Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 05/11/2009, 17:18
Message #5
Effectivement, Sardent et sa région était le lieu d'activité d'un réseau de Résistance...



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 06/11/2009, 04:00
Message #6
Bonsoir ! Non, non, il s'agit bien d'un autre film de Claude Chabrol où l'on voit distinctement le portail de l'abbaye du Moutier d'Ahun ! Un bon film de Claude Chabrol des années 80 ou 90...



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 19/12/2009, 18:37
Message #7
"Chabrol se met à table", un livre à déguster...

Préfacé par Jean-Luc Petitrenaud, connu pour ses escapades gourmandes sur France 5, suiv d'une interview du cinéaste, le livre nous propose ensuite des fiches très détaillées et chronologiques sur chacun des films de Claude Chabrol. Du célèbre "Le Beau Serge" à "Bellamy" en passant évidemment par "Landru", "Les Fantômes Du Chapelier" ou encore "La Fleur Du Mal", chaque film se voit joliment résumé et complété par une sous-rubrique "making of", bourrée d'anecdotes pétillantes entourant les acteurs, le tournage ou l'historique du film. Evidemment, il y est aussi question de ripailles : "à table" nous retrace en quelques lignes les repas partagés par les personnages...

Sans oublier une bonne idée qui va ravir nos pupilles : l'heure de l'apparition du cinéaste, qui se cache comme vous le savez, dans chacun de ses films. Comme un certain Alfred Hitchcock...

"C'est tout simple : si les personnages de mes films ne mangent pas... ils meurent !" ajoute, d'un air narquois, Claude Chabrol.


Image attachée

"Chabrol se met à table"
de Laurent Bourdon
Editions Larousse, 192 pages, 17 euros.



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 12/09/2010, 16:53
Message #8
Bonjour ! Sombre dimanche puisque Claude CHABROL vient de nous quitter aujourd'hui à l'âge de 80 ans.



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

podcol

Groupe: Membre
Lieu : Creuse et Normandie

* 13/09/2010, 09:13
Message #9
Je ne dirais que quelques mots: ça me fait ch... d'autant plus qu'il avait prévu de faire d'autres films !



"Colère et intolérance sont les ennemis d'une bonne compréhension"
Gandhi
Go to the top of the page
+Quote Post


Reply to this topicStart new topic
0 membre(s):

 

Voir le classement des sites les plus populaires
RSS Version bas débit Nous sommes le : 20/10/2018 - 22:45