webreader
 
Reply to this topicStart new topic
> L'Affaire GUINGOUIN, 1er Maquisard de France

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 20/07/2009, 15:52
Message #1
De Michel TAUBMANN. 333 pages. Première édition en 1994. Réédité en 2001. Editions Lucien SOUNY. Prix: environ 20¤.

Le 23 février 1954, Georges GUINGOUIN est victime d'une tentative d'assassinat maquillée en suicide dans une cellule de la prison de Brive. Deux mois plus tôt, son incarcération surprise avait provoqué une grande émotion et fait la une des journaux.

Le "premier maquisard de France" est, en effet, une figure majeure de la Résistance. A la tête de ses troupes, il a donné bien du fil à retordre à l'occupant et au pouvoir de Vichy.
Le général Eisenhower reconnaîtra que le maquis limousin "a sauvé la tête de pont alliée" lors du débarquement de Normandie.

Georges GUINGOUIN est un personnage hors normes, un communiste lucide qui n'obéit pas aux diktats de son parti. Rebelle dès le 18 juin 1940, alors que le P.C.F. tente de pactiser avec l'occupant, GUINGOUIN pense à la guérilla.
Lorsque la hiérarchie lui intime l'ordre d'attaquer la garnison allemande de Limoges en juin 1944, il refuse pour éviter à la ville un sort dramatique.
A plusieurs reprises, le Parti communiste tente de lui faire payer le prix de cette indépendance d'esprit et d'action: pendant la guerre, des tentatives d'éxécution échoueront de peu !

Maire de Limoges de 1945 à 1947, il sera, fin 1952, exclu de son parti selon les procédés les plus bas de la tradition stalinienne. Curieusement, à ce moment-là, on déterre des tiroirs de la police judiciaire une sordide affaire de droit commun officiellement classée depuis des années...
De toutes parts, on va s'efforcer de salir, dans le sang et l'encre mêlés, celui que le général de Gaulle avait fait Compagnon de la Libération (distinction rarissime dans les rangs communistes).

Après bien des péripéties politico-judiciaires, après une campagne de presse savamment orchestrée, après avoir frôlé la mort dans les geôles et l'univers psychiatrique de la IVe République, Georges GUINGOUIN sera totalement innocenté par la chambre des mises en accusation de Lyon en 1959.

Journaliste de télévision, Michel TAUBMANN, au terme d'une enquête de sept années, démêle l'écheveau tissé dans l'ombre par de bien troublants personnages.

Photo: couverture de la seconde édition.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

podcol

Groupe: Membre
Lieu : Creuse et Normandie

* 20/07/2009, 22:19
Message #2

En hommage à la Résistance


Vous n’avez réclamé la gloire, ni les larmes

Louis Aragon





22 juillet 2001, 10 heures du matin : St-Gilles-Les-Forêts est un petit village à la limite de la Haute-Vienne et de la Corrèze ; une stèle rend hommage aux résistants tués pour retarder la progression de la brigade des Waffen SS Das Reich, entre le 17 et 24 juillet 1944 ; la cérémonie est longue à se préparer et tous les participants, âgés pour la plupart, attendent stoïquement sous un soleil de juillet, qui commence à être de plomb. Mon premier étonnement lorsque je dépasse un groupe d’hommes qui chemine sur la route menant à la stèle : ils parlent le patois limougeaud, drôle d’hommage me dis-je à la Résistance. Je ne suis pas au bout de mes étonnements. Arrive noblement appuyé sur sa canne, Roland Dumas, portant beau ; Dumas qui fut l’avocat de Guingouin lorsque la coalition des staliniens et des anciens collabos tenta dans les années 50 d’éliminer cette haute figure de la résistance aux nazis.

La cérémonie débute avec un chant enregistré par une voix féminine sur un vinyle qui craque, stigmatisant Vichy, la Milice et les nazis. Se succèdent alors les discours rappelant la dure bataille que menèrent les résistants « ouvriers et paysans » regroupés sous les ordres du colonel Georges Guingouin. Puis la haute silhouette de Gingouin, un peu cassée par l’âge, s’avance pour rappeler fermement le combat mené, les morts, hommes et femmes, et cette lutte victorieuse contre les Allemands, tant il est vrai que ce fut une « petite Russie » et une déroute pour la Waffen SS. Stigmatisant les négationnistes qui s’attaquent au massacre d’Oradour-Sur-Glane, il conclut sa brève prise de parole par « Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ». Ils sont deux à trois cents participants à écouter enfin le « Chant des Partisans » repris mezza-voce par nombre d’entre eux. Beaucoup se presseront un peu plus tard autour de la petite table où Georges Guingouin et sa compagne reçoivent les paroles d’hommage respectueux, dédicacent des photos et des livres, se font présenter les enfants des anciens compagnons de combat. Moment d’émotion partagé par ceux qui se souviennent et ceux qui savent la contribution majeure de Gingouin et les siens à la lutte dans la Résistance et à la libération de la région, ainsi que la nature unique de son maquis.

Bernard Daguerre



"Colère et intolérance sont les ennemis d'une bonne compréhension"
Gandhi
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 21/07/2009, 00:59
Message #3
Bonsoir ! Très beau témoignage et hommage Podcol ; merci !

Photo: une plaque rappelant que les premières actions du maquis de Georges GUINGOUIN détruisait les botteleuses qui fournissaient du foin à l'occupant.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 22/07/2009, 07:26
Message #4
Ci-dessous, un article du 30 septembre 2008 sur le déroulement de la bataille du Mont Gargan.

http://papounet-le-creusois.over-blog.com/...e-23283612.html



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post

podcol

Groupe: Membre
Lieu : Creuse et Normandie

* 08/01/2013, 18:53
Message #5
Ce soir, sur France 3, à 20 h45 un téléfilm "LE GRAND GEORGES", qui rend hommage à Georges GUINGOUIN

A ne pas louper !...



"Colère et intolérance sont les ennemis d'une bonne compréhension"
Gandhi
Go to the top of the page
+Quote Post

Salamandre

Groupe: Membre.
Lieu : Sud/Creuse

* 09/02/2013, 16:53
Message #6
thumbsup.gif



"Construire peut être le fruit d'un travail long et acharné. Détruire peut être l'oeuvre d'une seule journée". [Winston Churchill]
Go to the top of the page
+Quote Post

véronique

Groupe: Modérateur
Lieu : creuse/gard

* 10/02/2013, 00:43
Message #7
je l"ai regardé...... super !
je ne connaissais pas l'histoire de cet homme et bien sur toutes les saloperies qu'on lui a faites sad.gif
Go to the top of the page
+Quote Post

TAIWAN

Groupe: Membre
Lieu : Nantes

* 05/12/2015, 17:22
Message #8
En fait cet ouvrage est destiné à reconstituer la vie de Georges Guingouin entre mai 1940 et août 1944, dates qui marquent dans un cas le début de l'offensive allemande à travers la Belgique (qui se traduira par l'Armistice du 22 juin 1940) et dans l'autre la date de la Libération de Limoges (d'ailleurs à la fin de ce mois-là seules Lorraine, Alsace et nord de la Franche-Comté sont encore sous la botte germanique).

Instituteur, au cours des années 1930, dans le village de Saint-Gilles-les-Forêts (dans la Haute-Vienne, mais à la limite de la Corrèze) qui comte 200 habitants, Georges Guingouin fuit, face à l'avance allemande, l'hôpital de Moulins où il est soigné. Il va se retrouver au maquis pour éviter d'être arrêté par les forces de maintien de l'ordre pour fabrication de faux papiers.

En quatorze double-pages, conçues sur le même modèle, divers épisodes sont développés. La page de droite propose uniquement une illustration réalisée à la linogravure ; son contenu est sobre avec parfois des clins d'œil symboliques (parfois les mêmes que ceux utilisés dans des affiches de propagande de l'époque). Sur la page de gauche un petit dessin fait allusion à des faits précis qui sont commentés (comme la Rencontre de Montoire ou la Bataille de Stalingrad) ; les trois quarts du reste de cette première page portent un témoignage reconstitué (d'un témoin réel ou fictif) au sujet d'une action en rapport avec une initiative de Georges Guingouin.

Dix pages documentaires terminent l'ouvrage, une bonne place est réservée à l'iconographie d'époque. Voilà un ouvrage qui vulgarise auprès de jeunes lecteurs (mais les adultes prendront du plaisir à sa lecture) de façon perspicace, à travers l'engagement d'un homme, l'action de la Résistance intérieure.

"Guingouin un chef de maquis" d'Yann Fastier. L'atelier du poisson soluble, 2015. 42 pages. 16 euros.
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
Image attachée
 

Image(s) jointe(s)
Image attachée
 
Go to the top of the page
+Quote Post

TAIWAN

Groupe: Membre
Lieu : Nantes

* 22/06/2016, 06:40
Message #9
Rappelons que l'uchronie est une réécriture du passé en tenant compte de la modification d'une donnée, les autres bouleversements que le changement entraîne sont des conséquences d'une modification originelle. Le scénariste Jean-Pierre Pécaut s'est inspiré d'un livre éponyme de Frank Stora et Loïc Mahé sous la direction de Jacques Sapir. Fin 2004, à la suite d'une discussion sur un site internet, un groupe de travail, composé de chercheurs et d'étudiants en stratégie de diverses nationalités élabore un scénario alternatif à la signature de l'armistice de 1940.

En juin 1940, les armées allemandes ont envahi la France, toutefois Paul Reynaud reste au gouvernement et organise la poursuite des combats. Dans le premier volume on a vu Paul Reynaud faire arrêter Pétain pour haute trahison après avoir congédié Weygand qui refusait l'idée de faire capituler l'armée française. Le président du conseil s'est appuyé sur Mandel et de Gaulle.

Pour nous faire suivre cette Seconde Guerre mondiale, Jean-Pierre Pécau a choisi de nous mettre dans les pas de trois héros pilotes à savoir Marianne et Yvon (qui forment un couple) ainsi que Jules. Marianne est une franco-américaine fille d'un milliardaire né aux USA qui a une salle de cinéma et son propre avion (grâce à la mansuétude de son père), Yvon est militaire de carrière dans l'aéronavale, de plus il est fils d'un officier supérieur de la Royale, Jules est dans l'armée de l'air et a déjà abattu plusieurs avions allemands.

Jules, parti en avion d'une base aérienne du sud-ouest est descendu au-dessus du Limousin et rencontre Guingouin qui en cet été 1940 a déjà pris le maquis (page 41). Yvon gagne Toulon, ville menacée par les Italiens dans un premier temps et bombardée par l'aviation allemande dans un second mouvement.

Marianne se retrouve à Toulouse, non seulement elle désire piloter un avion de l'armée de l'air mais aussi participer à la formation d'un corps de pilotes de chasse féminin. Elle part pour cela en Algérie où la population arabe s'engage en masse en échange de l'égalité des droits (le scénario de la BD parle de leur donner la nationalité française, aussi nous traduisons en termes historiquement possibles). Dans les dernières pages on voit le camp d'Aix-les-Milles où étaient emprisonnés nombre d'antifascistes allemands, ceux-ci sont autorisés à s'engager dans la Légion étrangère.

Le serbe Jovan Ukropina livre là un graphisme très élégant tant dans les personnages, intérieurs qu'extérieurs. Il nous fait découvrir vue d'avion ou depuis le sol des paysages urbains ou ruraux de la Bretagne, du sud-ouest, du sud-est et de l'Algérie.

1940, Et si la France avait continué la guerre, 2 Le sursaut de Jean-Pierre Pécau et Jovan Ukropina. Soleil, 2016. 57 pages. 14, 95 euros.
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
Image attachée
Image attachée
 
Go to the top of the page
+Quote Post

TAIWAN

Groupe: Membre
Lieu : Nantes

* 25/10/2016, 15:05
Message #10
À partir de nombreuses consultations de centre d'archives, l'auteur essaie de trier entre le vrai et le faux. En effet s'il a été honteusement diffamé, Georges Guingouin a aussi reconstitué son histoire en l'enjolivant un peu (ou en la noircissant de divergences avec l'appareil du PCF qui semblent bien précoces). En tant que militant discipliné, il accepte sans sourciller le pacte germano-soviétique ce qui aurait pu lui valoir de sérieux ennuis. À l'été 1940 il est bien sur la ligne d'une guerre entre forces capitalistes.

En menant une campagne de presse contre lui au milieu des années 1950, tant au niveau local (Le Populaire du Centre) que national (Le Figaro et France-Soir en particulier à côté des journaux ouvertement nostalgiques de Vichy) c'est l'image de la Résistance que l'on entend bien écornée. Après ses différents avec la direction du PCF, Georges Guingouin tient un discours antistalinien et prend un temps pour modèle le système yougoslave.

L'ouvrage comprend quatre parties: le militant (ses actions comme communiste du milieu des années 30 aux deux premières années de l'Occupation) cela occupe 80 pages, le combattant (chef de maquis pour la Haute-Vienne et non pour tout le Limousin, mais avec aussi des actions en Corrèze) ceci couvre 170 pages, les épreuves et désillusions (pour l'immédiat après-guerre) où on part pour 85 pages, une réhabilitation qui vient trop tard avec 30 pages.

Ce titre propose des photographies de Guingouin, une biographie de ses principaux lieutenants et des premières personnes à le rejoindre ou à l'aider lorsqu'il est dans le maquis, des cartes géographiques, six textes de Georges Guingouin datant de 1939 à 1952 (le dernier étant les réponses fournies à un questionnaire du PCF visant à remettre en cause nombre de ses attitudes) et deux documents (une enquête d'un permanent du PC sur Guingouin et un interview d'un agent anglais du Special Operation Executive parachuté début juin 1944 au maquis de la Haute-Vienne. Ce dernier rappelle, à juste titre, que c'était Londres et non de Gaulle qui décidait à qui parachuter des armes et que les hommes de Guingouin furent assez bien équipés en matériel car lui et un autre officier britannique firent des rapports encourageants sur l'efficacité possible de cette troupe.

Image(s) jointe(s)
Image attachée
 
Go to the top of the page
+Quote Post

TAIWAN

Groupe: Membre
Lieu : Nantes

* 19/02/2017, 18:37
Message #11
Article "Georges Guingouin, héros et hors-la-loi" de Philippe Daumas dans Cahiers d'histoire, n°133, octobre-décembre 2016.

Texte intégral ici

https://chrhc.revues.org/5611
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 17/07/2017, 18:17
Message #12
Bonjour !




Toujours très intéressant ! Merci !




Dernièrement (et c'est depuis au moins 3 ans) que je rencontre René Pacaud qui a été dans le maquis avec Guingouin au château de Ligoure (près de Limoges) lors de la Librairie Libertaire champêtre organisé par le CIRA-Limousin. (CIRA=Centre International de Recherches sur l'Anarchisme).

René, nonagénaire, encore très vivace, et s'occupant notamment d'une librairie anarchiste et alternative à Malakoff (La BAM) raconte avec une verve anarchiste ses souvenirs (La Résistance, Guingouin, le maquis, la libération de Limoges, etc.) -il a fait plusieurs confs à ce propos notamment dans la région et des écoles-.




René est un personnage qui ne s'en laisse conter par personne ! Et ce qu'il raconte, çà sent le vécu ! Avec en +, une analyse et un point de vue anar sur les choses.

Notamment quand il affirme que Guingouin était assez dur, communistement parlant, et même s'il a été éjecté du PC. Intéressant comme son de cloche !




Salutations maquisardes et anarchistes !





"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post


Reply to this topicStart new topic
0 membre(s):

 

Voir le classement des sites les plus populaires
RSS Version bas débit Nous sommes le : 17/08/2017 - 07:08