webreader
3 Pages V   1 2 3 >  
Reply to this topicStart new topic
> L'Or Creusois, Les Mines du Châtelet

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 16:32
Message #1
LES MINES D'OR DU CHATELET

Une ruée vers l'or en Creuse ? Sur le territoire du Limousin, à l'époque gauloise, on comptait déjà près de 250 mines d'or en roche, exploitées à ciel ouvert.

La révélation, à la fin du XIX°siècle, de ces gisements aurifères provoque un engouement certain, brisé par la Première Guerre mondiale.

Au Châtelet, près d'Evaux-les-Bains, une société obtient une concession en 1907 pour exploiter le minerai d'or découvert en 1898.

250 personnes y travaillent à la veille de la guerre. Les enfants et les femmes (notamment les modistes ou trieuses) participent aussi à cette industrie particulièrement pénible et dangereuse.

Après l'épuisement du gisement aurifère, la mine sera définitivement abandonnée en 1955.

(article publié dans le numéro spécial de l'été 2008 de l'Express "La Creuse à la Belle Epoque).

Photo: vue générale de la mine.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 16:43
Message #2
HISTORIQUE

En 1885, 2 filons de quartz sont mis à jour, au voisinage de la gare de Chambon, lors des travaux de construction de la ligne de chemin de fer de Montluçon à Laqueille. Les ingénieurs, attirés par cette découverte, prélèvent quelques échantillons qui une fois analysés se révèleront faiblement aurifères.

En 1898, le célèbre prospecteur Hyppolite Marlot, reprend l'étude des filons et constate qu'ils se prolongent régulièrement vers la rivière de la Tardes. Un permis de recherche est accordé sur les communes de Chambon et Budelière.

En 1903, ce permis est racheté 30 000 Francs-or, par MM Forgeas et Armet de Lisle. Ces 2 prospecteurs sont à cette époque à la recherche de gisements de radium !
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 16:56
Message #3
En 1905, ils font effectués quelques travaux sur les affleurements des filons, une galerie est creusé en bordure de la route de Budelière, à Evaux.

Elle rencontre rapidement un filon de mispickel aurifère avec des teneurs intéressantes (le filon Emile). Un puits est alors foncé et comme il a été inauguré par le percepteur de Chambon, il sera baptisé "le puits du percepteur".

Une petite usine de traitement est aussi installée. Elle est totalement inadaptée car elle est conçue pour traiter les minerais amalgamables, or le minerai est ici réfractaire et nécessite donc un traitement plus complexe.

Cette même année, les 2 prospecteurs déposent une demande de concession pour or.

La "Société des mines d'or du Châtelet" est constituée le 21 avril 1907, et la concession est accordée le 29 juillet de la même année.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 17:08
Message #4
En 1908 commence la construction d'une nouvelle usine de traitement qui sera achevée en 1909. Dès cette période la mine produit 100 tonnes de minerai par jour et emploie plus de 300 ouvriers. Les travaux de recherches très actifs permettent la découverte des filons Berthe, Albert et Henri.

En 1910, les mines du Châtelet enregistrent des bénéfices. 1912 sera la meilleure année avec 1012 kg d'or extraits de 32863 tonnes de minerai.

Les difficultés ne sont pourtant pas absentes: la main d'oeuvre est rare, l'usine n'est pas au point, le travail difficile engendre la silicose au fond et des intoxications à l'arsenic au jour. Il faut y ajouter la pollution: la végétation aux alentours de la mine est fortement altérée, les animaux d'élevage sont empoisonnés. Il en résulte des procès, et la société devra verser de nombreuses indemnités.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 17:25
Message #5
En 1914, la grande guerre éclate, le personnel est mobilisé et la société doit mettre fin à ses activités, le 20 septembre 1914. Les travaux d'entretien de fond seront maintenus jusqu'en 1917, puis, vu leur coût, abandonnés. La mine est alors noyée.

Grâce à son entrée dans le groupe Léonino-Balzac en 1922, la société a les moyens financiers pour entreprendre la réhabilitation de la mine. Elle sera dénoyée en 1923.

L'année suivante, l'usine est modernisée: elle est prévue pour une capacité de traitement de 30 000 tonnes par an et comporte une unité de récupération de l'arsenic (celle-ci assure de nouveaux revenus tout en diminuant la pollution).

La situation n'est pourtant pas brillante, les travaux de recherches ne donnent que des résultats décevants et l'exploitation porte surtout sur des zones auparavant délaissées.

Dès 1930, la situation est critique. A l'usine, les résidus d'avant guerre sont retraités.

En 1936, l'espoir renaît avec la découverte du filon Emmanuel. Malgré la présence de quelques riches lentilles, ce filon ne suffit pas à rendre cette mine rentable. Son activité diminue à nouveau avec la seconde guerre mondiale: le personnel et le matériel manquent.
Elle survivra, de 1944 à 1948, grâce aux aides de l'Etat.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 17:35
Message #6
Après la guerre, l'usine sera à nouveau perfectionnée. Les travaux se poursuivent essentiellement sur les filons "historiques", Emile et Henri, qui, 45 ans après leur découverte, continuent à produire le minerai aurifère.

Après une légère remontée, entre 1949 et 1952, les cours de l'or descendent et portent un coup fatal à la mine qui ferme définitivement en 1955. Sa production pour cette dernière année aura été de 45 kg (avec 20 ouvriers et mineurs).

-Photo récente de la friche de la mine:
Miniature(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 17:45
Message #7
En résumé, la mine du Châtelet a donné lieu à bien des espoirs aussitôt suivis d'amères déceptions. Une des principales causes revient au traitement particulièrement difficile du minerai.

Au total les filons auront été exploités sur 357 mètres de profondeur répartis en 10 niveaux et pas loin de 40 km de galeries auront été creusées.

De 1906 à la fin de ses activités en 1955, la mine d'or du Châtelet aura produit 10878,856 kg d'or.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 18:00
Message #8
GEOLOGIE

La mine du Châtelet est située à l'extrémité orientale du Limousin au sud de Montluçon, à 47 km à l'est de Guéret entre les communes de Chambon-sur-Voueize et Evaux-les-Bains (dans le département de la Creuse).
La concession s'étend sur 782 hectares sur les communes de Chambon-sur-Voueize, Budelière et Evaux-les-Bains.

Le gisement se présente sous la forme de 8 filons principaux (Emile, Henri, Albert, Berthe, Marthe, Emmanuel, Maurice et le filon de la Gare).
Ils sont parallèles entre eux et se rejoignent par un réseau de petits filonnets transversaux. Le tout forme un stockwerk (ensemble de filons plus ou moins petits et diffus) assez étendu (1600 mètres de longueur pour 500 mètres de large).

Les filons sont orientés nord-sud et ont un fort pendage (70°) vers l'est. Ils sont encaissés dans des gneiss riches en biotite injectés par des dyckes (des "cheminées") de microgranite et de granulite. Leur puissance varie de quelques centimètres jusqu'à 1 à 5 mètres.

(Lenormand, 1952, Crouzet, 1979).
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 18:21
Message #9
Le remplissage est constitué du quartz et de la granulite (communément appelée pegmatite par les mineurs).
En surface le quartz est blanc laiteux, fortement imprégné d'oxydes de fer et parfois verdâtre (coloré par les sels d'arsenic).
Il est accompagné de calcite, de barytine et parfois des boules de serpentines riches en or.

En profondeur, dans les zones plus minéralisées, il devient gris, gris-bleu, foncé ou noirâtre. Le mispickel est le seul véhicule de l'or, il est accompagné de pyrite, loellingite, chalcopyrite (rare) et plus profondément de stibine et berthierite (rares), toutes stériles en or.

Les sulfures (dont plus de la moitié est du mispickel) constituent 2 à 5% du remplissage filonien. Le mispickel n'est pas bien exprimé (comme à la Bellière). Il est en imprégnation très tenue, formant des ramifications arborescentes.
L'or y est finement divisé. Il est généralement inclus dans le mispickel à l'échelle atomique, on le trouve aussi à l'état libre sous forme de particules ne dépassant pas 3 microns dans le quartz et 20 microns dans les granulites.
Les teneurs moyennes dans les granulites sont de 5 à 10 grammes par tonne et dans le quartz de 25 à 30 grammes par tonne.
Exceptionnellement des teneurs dépassant 1000 grammes à la tonne ont été détectées localement.
Dans les premières années d'exploitation, des teneurs de 100 à 150 grammes à la tonne n'étaient pas rares.

Photo: l'entrée du puits Emile.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 18:34
Message #10
Ce gisement n'a pas donné d'échantillons minéralogiques spectaculaires si ce n'est quelques spécimens de berthiérite géodiques associés à du quartz.
La berthiérite est un sulfo-antimoniure de fer qui se présente habituellement sous la forme de cristaux très fins (aciculaires) noir métallique.

Les spécimens du Châtelet ont des cristaux aciculaires plus ou moins enchevêtrés centimétriques ; ils sont certainement les meilleurs connus en France, ils sont cependant loin d'égaler les spécimens décimétriques rencontrés dans les mines d'antimoine de Roumanie.

(d'après Alain Jeanne-Michaud)
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 18:47
Message #11
LA CITE OUVRIERE DU CHATELET (Extraits du livre de M.P.Ch GUIOLLARD "La mine d'or du Châtelet -Creuse- 1905-1955)

L'un des gros problèmes de la société des Mines d'Or du Châtelet fut celui de la main d'oeuvre. Le travail dans cette mine était difficile et relativement mal payé en comparaison avec les mines de charbonnage, nombreuses dans la région.

Pour pouvoir retenir sur place une quantité importante d'ouvriers, la société minière devait de les loger à proximité de la mine et de leur fournir les services auxquels ils pouvaient avoir droit dans les autres mines, en particulier ceux d'une coopérative et d'une cantine.

Avant la construction des maisons ouvrières, les mineurs habitaient principalement Chambon-sur-Voueize et Evaux-les-Bains, communes situées respectivement à 5 et 8 km de la mine ce qui constituait un trajet assez long pour les mineurs en particulier après leur pénible journée de travail.
De plus, en hiver, le climat rigoureux de la région accentuait encore cet inconvénient.

Photo: 1 des maisons minières
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 19:06
Message #12
EDIFICATION DE LA CITE

A l'origine de la société, en 1905, n'existaient sur la côte du Châtelet qu'une ancienne chapelle.
Les premières constructions furent édifiées fin 1907 et début 1908 par les maçons de la mine.
Il s'agissait de bâtiments collectifs utilisés comme dortoirs et comme cantine ainsi qu'une construction adjacente aux bâtiments de l'ancienne ferme déjà existante.

Suivirent ensuite 5 maisons à 2 logements de 4 pièces destinées au directeur et aux contremaîtres.
En 1910 furent édifiées dans la cité, mais aussi à proximité du puits de la Gare, d'autres constructions ainsi que la maison du gérant de la cantine.
A la fin de l'année 1910, 50 logements étaient disponibles.
A partir de la fin de l'année 1910, les chantiers de constructions seront menés rapidement:

-1er semestre 1911: 21 maisons comprenant 48 appartements.

-2ème semestre 1911: 10 maisons comprenant 12 appartements plus la maison du directeur construite à proximité de la lampisterie et de l'entrée de la galerie Berthe.

-1er semestre 1912: l'eau est amenée dans la cité par un château d'eau relié à une station de pompage située sur les bords de la Tardes. Des bornes fontaines seront installées à divers endroits de la cité.

-2ème semestre 1912: le groupe scolaire et le logement des instituteurs seront achevés. La physionomie générale de la cité telle qu'elle est à la fin de 1912 restera semblable jusqu'à nos jours.

Photo: L'école
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 19:18
Message #13
Pendant la guerre de 1914, la cité sera désertée, la commune de Budelière proposera même au directeur de la mine d'affecter les logements à des personnes extérieures afin de procurer un revenu supplémentaire à la société.

Dans la seconde période d'activité de la mine, après 1923, les effectifs des mines d'Or du Châtelet seront inférieurs à ceux des années d'avant guerre. Ce fait, ajouté à une situation financière difficile explique qu'aucun logement ne sera construit après la guerre de 1914 ; les logements existants semblent suffire aux besoins de la population ouvrière.

En 1923, la cité du Châtelet et les quelques constructions annexes abritaient une population de 234 adultes et 130 enfants.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 19:34
Message #14
Chaque maison était dotée d'un jardin où les ouvriers pouvaient cultiver quelques légumes. Les sanitaires étaient situés soit contre le bâtiment d'habitation, soit au fond du jardin.

Les murs étaient solidement construits en moellons équarris de pierre du pays avec des chaînages et entourages d'ouvertures en briques.

Dans la cité, mise à part la cantine et la coopérative, il n'existait aucun commerce, boucher, boulanger ou débit de boissons. La direction de la société ayant toujours veillé à éviter cela considérant les bars comme des foyers d'agitation !

Après la seconde guerre, des commerçants ambulants desservaient la cité. La vie associative était très importante à la cité du Châtelet, outre une fanfare, il existait une importante équipe de football qui connu des heures de gloire.

L'école permettait aux ouvriers de scolariser leurs enfants sans avoir à sortir de la cité. Ces enfants vivaient ainsi dans un monde clos avec un minimum de contacts avec les gens de la ville.
La crainte d'agitations sociales ayant toujours été le gros souci de la direction.

Photo: La couverture d'un autre livre du même auteur.
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 20:01
Message #15
UN ELDORADO PERDU: Les Mines d'Or du Châtelet (extrait d'un texte de Pierre DURET)

Contrairement aux mines Sud-Africaines par exemple, dans lesquelles on trouve de l'or pur, au Châtelet, l'or se présente sous forme de particules microscopiques mélangées à de la roche.

L'extraction du minerai se fait par 3 puits, le principal atteignant la profondeur de 323 mètres. A partir de ces puits, on ouvre les galeries qui permettent d'attaquer les filons.
Pour le roulage on utilise des wagonnets basculants tirés par des ânes. Ainsi, pour obtenir du métal, on doit passer par une suite d'opérations complexes: concassage, broyage, flottation, grillage, cynuration, chloruration, précipitation, et finalement un lingot est obtenu par fusion.
L'utilisation de produits hautement toxiques et les techniques de forages en firent une mine particulièrement polluante pour l'environnement et dangereuse pour les mineurs.

Photo: la couverture d'un autre livre pour en savoir plus...
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 26/11/2008, 20:17
Message #16
Au total furent extrait 15.375 kg d'or mais en réalité 10.973 kg furent récupérés car 4.400 kg sont partis en poussière ou sont peut-être encore contenus dans les résidus du traitement.

Actuellement, il semblerait qu'il y ait une possibilité de retraitement des déchets par des moyens plus modernes. D'autre part dans la perspective du barrage de Chambonchard (projet annulé aujourd'hui -NDLR) l'EPALA (Etablissement Public d'Aménagement de la Loire et de ses Affluents) a prévu (avait -NDLR) une somme pour restructurer le site et le rendre au public.

Et peut-être qu'un jour cet or sera de nouveau exploité car dans les années 1980, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières a effectué des forages qui ont montré qu'il existe encore des filons à teneur intéressante.

La mine d'or du Châtelet fut une industrie importante qui contribua à la modification de la démographie de Budelière.

Aujourd'hui, en traversant le Châtelet, on peut voir un très joli village qui domine la vallée de la Tardes et qui sera peut-être à nouveau connu pour l'or qu'il renferme encore.

Photo: un autre livre pour compléter sa documentation...
Image(s) jointe(s)
Image attachée
 



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

Jack

Groupe: Webmaster
Lieu : Banize

* 27/11/2008, 09:57
Message #17
Excellent dossier Alayn!!
Alors là chapeau, quant au sujet, là aussi tu m'épates... thumbsup.gif

On ne s'imagine pas qu'il y a eu tout cet or en Creuse, et que finalement il était encore exploité il n'y a pas si longtemps.
Quand on sait que l'or s'épuisera dans les décennies qui suivent, il n'est pas improbable qu'avec les nouvelles technologies, la mine réouvre un jour ou l'autre, même titre que les mines d'uranium en Limousin... (un futur sujet).




Go to the top of the page
+Quote Post

Jack

Groupe: Webmaster
Lieu : Banize

* 27/11/2008, 10:00
Message #18
Une carte postale ancienne rarissime que l'on trouve actuellement sur Ebay:

Image attachée




Go to the top of the page
+Quote Post

Alayn

Groupe: Modérateur
Lieu : Creuse

* 28/11/2008, 04:10
Message #19
Bonsoir ! Merci Jack.

Qu'on rouvre les mines d'uranium, heu...merci....le plus tard possible ou jamais...hein ?

De l'or, c'est clair qu'il y en a encore en Creuse et pas qu'au Châtelet: dans les ruisseaux, les rivières, etc...

D'autres sites (à la frontière de la Haute-Vienne) sont aussi aurifères (d'où le nom d'Auriat par exemple, etc...)

Mais c'est comme pour les champignons, on va pas révéler tous les coins ! (arf !)



"La liberté des autres étend la mienne à l'infini" (Michel BAKOUNINE)
Go to the top of the page
+Quote Post

papounet

Groupe: Membre.
Lieu : La Creuse

* 30/11/2008, 08:33
Message #20
Je m'aperçois, stupéfait !, que je n'ai pas complimenté l'ami Alayn pour ce passionnant reportage au sein des mines aurifères creusoises... Je pense également qu'il n'est pas souhaitable de ré-ouvrir celles-ci. Ce n'est d'ailleurs pas à l'ordre du jour.

En ce qui concerne l'uranium, nous avions déjà abordé le sujet avec la gestion des déchets radioactifs, cela doit se trouver dans la rubrique "l'Environnement.

Papounet atterré qui fait son mea culpa ! cool.gif



Aime la vérité mais pardonne à l'erreur. Voltaire

Visiter mon site
Go to the top of the page
+Quote Post


3 Pages V   1 2 3 >
Reply to this topicStart new topic
0 membre(s):

 

Voir le classement des sites les plus populaires
RSS Version bas débit Nous sommes le : 24/06/2018 - 21:26