MARX MATERIAU CELUI QUI PARLE
KARL MARX- JACQUES ALLAIRE




Marx matériau / celui qui parle c’est la tentative d’un théâtre qui livrerait abruptement un matériau de pensée libre à l’interprétation, une posture “ critique ” plutôt qu’une pensée prête à l’emploi. Nous avons fini par oublier qu’il est, aujourd’hui encore, un des seuls lieux où les gens peuvent se retrouver et ensemble voir le monde autrement, ce qui n’empêche pas d’en rire.“ Tous les genres sont bons, hormis le genre ennuyeux “ écrivait Voltaire.
Simplement une fois fondu le gel de l’Histoire, si l’on veut bien s’aventurer, dans la vaste forêt des écrits de Karl Marx, on est immédiatement saisi par la clarté des idées, l’humanisme profond qui l’anime. La philosophie de Karl Marx révèle une analyse et une critique radicale du capitalisme, préfiguration du libéralisme tel que nous le connaissons.
Aujourd’hui, alors qu’il semble acquis pour tous que la société, le monde tout entier, seraient libéraux, que l’économie, autant dire la vie, ne serait que cela, aujourd’hui donc, que nous sommes happés par l’avènement du libéralisme qui transforme tout en vulgaire représentation, l’acteur, “ celui qui parle ”, dira les mots de Marx, parlera Marx. Toute tendue par la poésie dramatique de Shakespeare ou d’Eschyle, la langue de Marx est puissante, parfois lyrique, brillante toujours.

Penser le monde n’est pas la tâche exclusive des politiques, des spécialistes et des commentateurs ; c’est notre vie, c’est notre tâche, aussi.
Marx matériau / celui qui parle est un voyage dans notre propre vie car c’est en définitive cela et seulement cela l’objet de ce spectacle : que chacun fasse un voyage au c½ur de sa propre vie. C’est une manière d’enquête, non sur le sujet Marx, mais une enquête sur nous-mêmes.
Le théâtre permet cela : bon voyage.







Cliquez pour voir le fichier joint







Le dispositif
Pas de scène, pas de salle, un espace unique, pour un nombre limité de spectateurs, soixante. On est comme chez soi, on pourrait y recevoir, y manger, y dormir. Le comédien sert à boire un verre de vin, on trinque, et la parole naît naturellement sur le mode de la discussion, une histoire qu’on raconte, c’est une parole directe, non théâtrale, identique à celle que l’on aurait dans une soirée entre amis. On a la sensation de plonger dans le cours naturel de notre vie. Travail, salaire, profits, comme les pièces d’un moteur que l’on démonterait. On est face à l’autre, face à soi, face au monde et l’on passe un moment “ unique “ ensemble, un moment qui dure souvent bien au-delà de la représentation…

Jacques Allaire

à partir des écrits de Karl Marx conception et texte établi par Jacques Allaire et Luc Sabot
mise en scène et scénographie Jacques Allaire interprétation Luc Sabot

Production Théâtre des Treize Vents